Chapitre 5

La méthode du livre

J’ai remarqué dans les innombrables études et formations auxquelles j’ai participé deux sortes d’approches chez les différents formateurs.

Dans la première, ils s’efforçaient (ou ne s’efforçaient même plus, tellement ils étaient excellents) de montrer l’étendue de leur savoir, leur pertinence et leur maîtrise (souvent incontestablement réelle) du sujet.

Une grande partie des étudiants ou des stagiaires sortaient enchantés d’un tel cours ou exposé.

Généralement, ils ne pouvaient pas en dire autant sur leurs compétences à eux. Ils prenaient juste conscience de la distance qui les séparait du « vrai professionnalisme ». Bref, ils passaient de manière remarquable à la deuxième étape de l’apprentissage consistant à devenir « consciemment incompétent ».

Je rappelle au passage les étapes d’un apprentissage :

  1.  Inconsciemment incompétent.
  2.  Consciemment incompétent.
  3.  Consciemment compétent.
  4.  Inconsciemment compétent.

Malheureusement ces étudiants ou stagiaires ne sortaient de cette deuxième étape de l’apprentissage que rarement, en restant plutôt asservis que libérés.

C’est n’est pas mon but ni ma conception d’apprentissage, bien au contraire. Il s’agit de vous rendre autonome. Et au plus vite !

Un jour j’ai participé à la conférence du professeur Josef Maria Bochenski à l’occasion de la remise du titre de docteur honoris causa de l’Université des Jagellon de Cracovie, qui lui a été attribué en 1987. Encore au temps des communistes en Pologne.[1] 

Père Bochenski – un dominicain – était l’un des plus grands maîtres de sagesse du XXe siècle. Un genre de moine (dominicain), dont le plaisir favori, à 82 ans, était de conduire rapidement une avionnette à basse altitude.[2](Cherchez l’erreur !)

Aujourd’hui encore je suis capable de reproduire presque la totalité du contenu de cette conférence.

C’est de lui que j’ai appris qu’un maître c’est celui qui est capable d’emmener la personne formée, au moins à l’étape trois de l’apprentissage, voire à l’étape quatre, sans nécessairement que celle-ci s’en aperçoive. La laissant avec une conviction que finalement le sujet de l’apprentissage ou le problème n’était pas grand-chose. Elle finit par penser en retrouvant ainsi sa liberté que finalement le formateur n’en sait pas beaucoup plus qu’elle.  C’est cette deuxième approche qui m’intéresse.

Pour que mon intention, de vous apprendre à utiliser la méthode exposée dès la fin de la lecture de ce livre, puisse s’incarner, je vous prie d’accepter que les mêmes thèmes et exemples soient parfois répétés tout au long de ce livre dans différents endroits et contextes, dans le but de vous permettre de vous approprier et de mémoriser rapidement le contenu.

Vous trouverez intégrés dans le texte les diapositives présentant ou résumant ce qui sera développé. Vous pourrez, en indiquant la source, les copier et les utiliser dans les formations ou dans les réunions d’équipes auxquelles vous voudriez présenter cette manière de négocier. Vous pouvez également les télécharger directement au format Power Point, sur le site  www.consensus-sans-compromis.com/produits.

Vous qui lisez ce livre pour votre usage personnel, vous pourrez vous imaginer comme participant à notre formation, pendant laquelle ces diapositives sont projetées sur l’écran. Le reste du texte représente le commentaire du formateur au sujet de la diapo projetée.

Bonne participation !

Ah, encore un détail !

Avez-vous remarqué déjà, dans ces premières lignes, mon accent polonais ?

Comme je suis né effectivement en Pologne, vous l’entendrez probablement tout au long de ce livre. Je suppose, dans les erreurs de syntaxe (malgré les corrections) ou des expressions traduite du polonais… J’espère obtenir pour cela votre sympathie, comme celle que suscitent les erreurs de français de ma chère Jane Birkin, sinon au moins une indulgence pour un Polonais qui a tellement voulu prononcer les « r » français avec un bon accent, que la plupart des personnes qu’il rencontre lui disent qu’il est hollandais.



[1] Et non pas en 1990 comme dit la page du site de l’Université [voir archive : http://wikiwix.com/cache/?url=http://www.uj.edu.pl/dispatch.jsp?item=uniwersytet/wyroznienia/honoris.jsp&title=Uniwersytet%20Jagiello%C5%84ski%20w%20Krakowie%20-%20Wyr%C3%B3%C5%BCnienia%20-%20Godno%C5%9B%C4%87%20doktora%20honoris%20causa ] car, je suis parti de Pologne en 1988 après avoir participé à la remise du titre. L’erreur n’est pas possible.  A lire, de Père Bochenski, « Manuel de sagesse du monde ordinaire », 1994, 136 p. trad. Marek Blasczyk, Éditions de l’Aire, 2002. (ISBN 2-88108-583-0) C’est excellent !

Chapitre suivant                                                      Commandez la suite sur Amazon

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Réinitialiser le mot de passe

Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.