GOUVERNANCE ORGANIQUE – LA GOUVERNANCE EN PLEINE CONSCIENCE ! par Carole Lepicard

Récit de Carole Lepicard sur le weekend sur la Gouvernance Organique organisé par Olivier Mereveille Hetzel et Laële Lecorre à Strasbourg (facilitateurs en GO) le 7 et 8 octobre 2017

TRAVAILLER POUR VIVRE OU VIVRE POUR LE TRAVAIL ?

Que ce soit à la maison ou au bureau, j’ai toujours rêvé de pouvoir être vraiment moi, tout en étant reliée aux autres de manière harmonieuse.

Cela fait donc 20 ans que je cherche, que j’explore et me forme à diverses méthodes pour comprendre l’humain, et plus particulièrement les relations humaines.

Ma fille du haut de ses 15ans m’invite souvent à arrêter d’être « trop idéaliste ». Bien qu’elle n’ait qu’une expérience de 4 jours de stage dans l’entreprise, elle a déjà la vision que le travail ne sert que pour gagner de l’argent, pas pour se faire plaisir.

Moi, je reste convaincu que l’on peut joindre l’utile et l’agréable et vu les articles qui circulent sur le bonheur au travail, je ne suis pas là seule à être convaincue qu’au final cela profite à tout le monde.

Ce n’est d’ailleurs surement pas un hasard si dans mon parcours professionnel j’ai vécu des expériences radicalement opposées.

Dans certaines organisations je me suis sentie poussée des ailes, j’ai eu le sentiment de donner le meilleur de moi.

D’autres, en revanche m’ont renvoyées une image bien moins gratifiante.

Pourtant je suis la même personne.

J’ai donc cherché à comprendre comment cela fonctionne, comme JE fonctionne, quels sont mes besoins pour m’épanouir et donner le meilleur de moi.

Cette quête de sens du monde du travail m’a amené jusqu’à la Gouvernance Organique développé par Aleksander Piecuch.

J’ai juste gouté à 2 jours de mise en bouche des principes de la GO et cela m’a donné une envie : partager !

 

TOUT SIMPLEMENT

Pour moi, l’image qui représente le mieux la Gouvernance Organique est la Murmuration. Ce phénomène naturel qui fait qu’un groupe d’oies sauvages ou un banc de poissons peut changer de direction de manière quasi immédiate. Ils sont tous connectés, reliés par la force de l’invisible.

A mes débuts de carrière, alors que je démarrais chez Bouygues Télécom, j’ai eu le bonheur de vivre ce sentiment d’osmose, de totale synergie. Nous étions en 1999, et nous avons décidé à une petite 10 aines de jeunes salariés  de nous lancer en mode agile dans une aventure folle : lancer l’offre d’internet mobile avec 200 services en moins d’un an. Au bout d’un an l’équipe avait grossi, mais nous avons conservé cette même agilité qui, j’en suis convaincue,  a été la clé de notre réussite.

Et bien j’ai retrouvé cette même sensation de bien-être, d’extase même à la fin de l’atelier, je n’avais qu’une envie : continuer. J’imagine donc mettre cela en pratique dans l’entreprise : c’est pour moi les fondations du bien-être au travail. D’ailleurs j’ai encore lu plusieurs études où près de 60% des salariés ne plaignent de ne pas être écouté.

 

DEVELOPPEMENT PERSONNEL POUR MANAGER EN MARCHE.

En vivant ce projet de mode start up alors que j’avais 30ans, je n’étais pas consciente à l’époque de la chance de vivre une telle aventure humaine. Je ne savais pas que ce mode de fonctionnement où tout roule est si rare dans le monde professionnel. Je ne savais pas que j’étais privilégiée d’avoir un chef qui me fasse autant confiance alors que je venais d’arriver. Je ne savais pas que je baignais dans les principes de bienveillance, d’ouverture et de découverte de soi de la Gouvernance Organique.

Je ne savais pas non plus que la DRH de Bouygues Telecom était très avant-gardiste à l’époque en faisant suivre des stages de développement personnel à tous les « managers en marche ».

Comprendre grâce à la Process Communication que les individus ne fonctionnent pas tous de la même façon et avoir quelques clés pour décoder les relations humaines, fût un vrai levier de croissance personnelle et professionnelle. Cet outil m’a permis de prendre conscience que les conflits interpersonnels sont comme les voyants d’une voiture. Quand il y en a un qui s’allume, mieux vaut se poser sur le côté pour ouvrir le capot et réparer la machine avant que çà s’empire.

 

L’HUMAIN AU CENTRE

J’ai tellement aimé cette découverte que j’ai continué à me former. Comprendre comment fonctionne ma machine et comprendre le code de la route est devenu depuis une vraie passion.

C’est ce qui m’a amené un peu par hasard à m’inscrire à un atelier de 2 jours de Gouvernance Organique qui proposait de découvrir « une organisation  qui met le développement de la conscience des personnes qui la composent au cœur du processus des décisions collectives ». Autrement dit une organisation qui va encore plus loin que les modèles  d’holacratie  et de sociocratie que je trouvaient déjà très évolués.

 

ENCORE PLUS PROFOND

Je confirme, la Gouvernance Organique, est un modèle hyper puissant.

Tout d’abord par son cadre. La gouvernance Organique propose un cadre de bienveillance, ça me rappelle d’ailleurs le cadre que propose la Théorie U , une méthode d’intelligence collective qui nous vient des US.

Ce qui m’a rassuré sur ces 2 jours c’est de sentir ce cadre omni présent, rassurant. Ce n’est pas juste une accumulation de valeurs pour faire joli, mais des valeurs incarnées et dont chaque membre est co responsable pour les faire respecter. Autrement dit, dans la Gouvernance Organique, je peux tout dire. Et tout est accueilli avec Bienveillance justement.

 

JE SUIS A POIL ET J’AIME ÇÀ

Au delà du cadre de bienveillance que l’on retrouve dans la plupart des modèles d’entreprises libérées et autre sociocratie, la puissance du modèle réside dans la totale ouverture qu’elle offre aux individus.

Je me suis sentie complètement à poil pour tout dire mais finalement c’est çà que j’aime ?

La GO sait que le faire ensemble va générer des tensions, des frustrations et elle ne s’occupe que des relations humaines d’abord. Cela ne veut pas dire que l’on reste pendant 2 jours à générer des conflits. Mais chaque action/ décision peut faire émerger une tension dont l’organisation prend soin jusqu’à être evacuée. La GO sait bien qu’une émotion non exprimée est une émotion qui va finir par s’engamer et ressortir 10 fois plus fort pour finir en burn out . Le Coach conférencier Bernard Flavien explique d’ailleurs très bien qu’une émotion qui n’est pas exprimée sous 7 jours se transforme en tensions puis en Maladie (Mal à dire ) .

C’est ce que j’ai expérimenté dans le week end de GO où j’ai été invité à ressentir et à exprimer mes émotions, mes ressentis. Enfin, une organisation me permet de mettre à jour mes tensions et considère même cela comme un cadeau pour le groupe .

 

JE NE CONTROLE RIEN SANS LE GROUPE

C’est maintenant démontré par les neurosciences,  80% de mes actions sont régies par mon inconscient.

Autant dire que je ne suis pas maître de mes actes. J’ai beau être au volant de la machine c’est comme si elle décidait toute seule.

Faire un travail de développement personnel aide déjà à être plus conscient mais ne règle qu’une partie des problèmes.

Grâce à la GO j’ai découvert 7 niveaux de tensions de la tension personnelle à la tension de pouvoir, en passant par la tension organisationnelle par exemple. Et toutes ces tensions sont vues non plus comme des énergies négatives à étouffer, mais comme des signaux à décoder pour mieux faire fonctionner le groupe.

Un peu comme ce groupe d’oiseaux qui doivent apprendre à se coordonner avant de pouvoir voler en totale harmonie.

 

LA VOIE VERS UNE AUTRE DIMENSION  

Voilà donc un petit résumé de ces 2 jours où j’ai donc expérimenté et j’ai adoré vivre cette intimité du Groupe qui m’a permis de me sentir totalement accueillie dans ma vulnérabilité.

J’ai aussi exploré mes missions de vie en repartant de moments clés de ma vie. Cela donne du sens à ma vie et les émotions que nous avons partagées durant ce week end renforce ma foi que nous vivons un moment de profonde mutation du monde du travail.

Je suis aujourd’hui convaincue que ce type de Gouvernance de pleine conscience est le type d’organisation que je souhaite pour moi, et mes enfants car elle me permets de me révéler en tant qu’être unique, de comprendre mes talents et d’être au service du groupe et de la communauté.

 

J’ai d’ailleurs prévu de continuer à approfondir la Gouvernance Organique.

Aleksander Piecuch a accepté mon invitation à Strasbourg du 23 Février au 3 mars  2018 pour partager sa méthode et aider les organisations. Stage résidentiel

Ici plus d’info sur la formation.

 

Be Sociable, Share!
This entry was posted in Gouvernance. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *